Archives de
Catégorie : Biographie

Quand j’étais Superman – Raphaël Poulain

Quand j’étais Superman – Raphaël Poulain

La clameur des stades, le frisson des grandes victoires, Raphaël Poulain, ancien ailier du Stade Français et ex-grand espoir du rugby, était destiné à y goûter de longues années. Mais l’homme d’acier n’était pas invulnérable. Argent facile, alcool, excès en tous genres et blessures à répétition ont eu raison de celui que l’on surnommait déjà le « Lomu Blanc ».
Avec humour et sensibilité, il plaque sur le papier son expérience, sa difficile reconstruction et son retour à une vie normale.

* Vénus & Hottentote – Carole Sandrel

* Vénus & Hottentote – Carole Sandrel

A l’aube des années 80, on pouvait encore « admirer » au Musée de l’homme à Paris en France le moulage et le squelette de la « Vénus hottentote » dont l’étonnant physique fit déplacer les foules au début du XIXe siècle. Retour sur une histoire dramatique.

Qu’avait-elle de si particulier, Sarah Bartman, femme khoi d’Afrique du Sud, pour qu’au début du XIXe siècle, on l’exhibe comme un animal dressé, dans les foires et au Muséum, devant les badauds d’Angleterre et de France ?
Il ne s’agissait pas seulement de l’attraction de ses fesses aux dimensions exceptionnellement généreuses, prodige de la nature aux yeux des savants et bateleurs, mais de particularités intimes qu’elle se refusa à dévoiler jusqu’à sa mort. Alors seulement l’éminent Georges Cuvier, père de la paléontologie, put les examiner, après prélèvements, et sans états d’âmes, comme en témoigne son rapport d’autopsie qui, pendant longtemps, ne choqua personne. Sarah Bartman était esclave, son fessier extraordinaire devait inspirer ce commentaire à un contemporain : « Elle était stéatopyge jusqu’à la faute… ».
C’est le destin terrible de cette femme, surnommée la « Vénus Hottentote » et dont les « restes », presque deux cents ans plus tard, sont revenus en majesté dans son pays natal, l’Afrique du Sud, que Carole Sandrel restitue ici dans un récit bouleversant.

* Factures d’une vie – Charlie Bauer

* Factures d’une vie – Charlie Bauer

Ne racontant pourtant que sa vie, Charlie Bauer revient sur presque un demi-siècle d’histoire de France, qui commence dans un quartier ouvrier à la périphérie de Marseille, dans les années 1950, quand il se forge à la religion populaire d’alors, le communisme ; une formation complétée par le pillage, en bande organisée, des magasins et des trains. L’engagement du PC dans la guerre d’Algérie provoque la première rupture : l’auteur et ses amis soutiennent le FLN algérien.
Arrêté, il est condamné à vingt ans de réclusion criminelle. Son quotidien est désormais rythmé par ses transferts d’une maison centrale à une autre, souvent consécutifs à d’audacieuses tentatives d’évasion ; il passera neuf années en cachot ou dans des quartiers de haute sécurité (QHS).
Libéré après quatorze ans de détention, il retrouve bientôt ses activités clandestines et croise Jacques Mesrine, notamment dans la lutte contre les QHS. L’exécution de Mesrine accompagnera l’arrestation de Charlie Bauer, qui replonge pour dix ans, jusqu’en 1988. Ce livre paraît deux ans plus tard. Quinze ans après, cette réédition poursuit le témoignage d’une vie de résistance à l’ordre social dominant.

Du bleu aux bleus – Abèle-France Ataroff

Du bleu aux bleus – Abèle-France Ataroff

À 82 ans, Résistante FFI, Pupille de la Nation, Grande Invalide de Guerre décorée de la Croix de Guerre 39-45, de la Croix du combattant volontaire de la Résistance et de la Croix du combattant… Je témoigne avec d’autres Résistants dans les collèges et lycées les valeurs et les principes acquis lors des combats pour la Libération. S’ensuit le besoin logique de mettre par écrit mes souvenirs de petite fille puis de jeune adolescente à Marseille pendant l’occupation allemande entre 1940 et 1944.

Voici donc le récit de ces années de contraste entre la France en paix de mon enfance et celle en guerre sous le régime de Vichy. J’y dévoile l’existence semi-clandestine, puis clandestine suite à une dénonciation, que j’ai menée avec mes parents résistants FTP-FFI de 1942 à 1944.

L’arrivée des troupes alliées au sud de Marseille donna lieu à une ultime mission qui s’avéra tragique pour notre famille.