Éditions : Fayard | Parution : 23/03/2016 | 234 pages | Acheter : ici

∴ Résumé ∴

Saurais-je sortir vivant d’une fusillade dans un lieu public ? Suis-je à l’abri d’une balle de kalachnikov derrière une table de bar ? Quelle est ma vulnérabilité à une attaque chimique quand je suis au bureau ?
Depuis les attentats du 13 novembre 2015, ces questions hantent les français. Les récents événements ont révélé l’instinct de survie et la capacité d’héroïsme qui sommeillent en chacun. Ce livre entend les optimiser.
Comment vivre avec le terrorisme ? A cette difficulté en apparence insurmontable, ce manuel apporte des solutions pratiques. Face à l’extrême variété des menaces, il s’attache à développer une capacité de résistance : connaître l’adversaire afin de mieux s’en protéger. Pour chaque situation critique, des conseils, des exemples et la réaction adaptée, celle qui sauve la vie : savoir se déplacer, observer, choisir un abri dans un décor familier, etc. Vous apprendrez à vous confectionner un gilet pare-balles de fortune, détourner les objets du quotidien en armes redoutables, poser un garrot qui stoppera une hémorragie… Pour qu’ l’avenir nul ne puisse dire : « Je n’ai pas su quoi faire. »

∴ Mon avis ∴

Attention, j’annonce la couleur dès le début de ma chronique : ce livre est d’utilité publique ! Il tourne déjà dans mon entourage et je pense même à en faire circuler encore d’autres exemplaires.

Alors certes, dans de précédents articles, j’avais déjà abordé le fait que j’étais une personne sujette aux attaques de panique et autres joyeusetés du genre, donc forcément la cible toute trouvée pour ce genre de « petit manuel ». Mais au-delà de cela, je pense – sans prétention – faire parti des « citoyens concernés et attentifs ». Pour des raisons qui me sont personnelles, je parlerai pas d’une grande conscience citoyenne française (cette notion m’a totalement quitté depuis la fin des cours d’éducation civique du collège), mais plutôt du fait d’être une citoyenne du monde qui se préoccupe de l’autre et de son environnement (au sens large et non pas qu’écologique) indifféremment des origines ou croyances.

Ce « petit manuel » débute sur une affirmation, un fait que l’on doit tous avoir à l’esprit :

Aujourd’hui, nous avons des raisons d’avoir peur : la violence sanguinaire est de retour là où nous l’attendions le moins, chez nous, dans nos rues !

Oui, je vous l’accorde, c’est hyper alarmiste, cela fait peur, mais ce n’en est pas moins la réalité. Toujours est-il qu’il y a deux grosses erreurs à ne pas commettre : refuser de prendre la menace de terrorisme au sérieux et penser que la meilleure résistance au terrorisme est de ne rien changer dans sa vie.
Ce n’est pas pour autant qu’il faut vivre dans la plus grande paranoïa et/ou se muer en un soldat type forces spéciales (il y a des personnes spécifiquement formées pour cela, vous n’êtes pas dans un film Hollywoodien). En tant que « citoyen lambda », il y a des choses à faire, notamment s’informer, s’adapter et être attentif, et coup de chance avec ce livre on vous propose tout cela.

S’informer
La base de tout, comme dirait l’autre « connaître son ennemi » et tout en ne faisant pas d’amalgames. Dans les premières pages, on vous propose de comprendre le « phénomène terroriste ». Et on débute avec un peu d’histoire, contrairement à certaines absurdités que l’on peut entendre, le terrorisme n’est pas nouveau, il remonte à l’Antiquité. On trouve les premières traces avec, par exemple, les zélotes du 1er siècle, par la suite il y aura entre autres la secte Chiite des Assassins au XIe siècle. Mais la France, n’a pas été épargnée dans son Histoire, le terrorisme a été quasi institutionnalisé à une période on ne peut plus charnière du pays :

Durant la Révolution française, le terrorisme est une pratique juridique de la période de la Terreur. Pour Robespierre : « La terreur n’est autre chose que la justice prompte, sévère, inflexible ; elle est donc une émanation de la vertu ; elle est moins un principe particulier, qu’une conséquence du principe général de la démocratie, appliquée aux plus pressants besoins de la patrie. »

L’association d’une forme de vertu quant à l’acte terroriste se fait le plus souvent par le biais d’une justification tantôt politique, tantôt religieuse (parfois même les deux – et là bonjour les dégâts). Tout ceci ne reste qu’une interprétation de paroles ou de textes diffusées sur le mode de la propagande.
Dans le cas du djihadisme, dont il est essentiellement question ici, s’il y aurait une chose à retenir c’est que :

L’idéologie du Djihad promeut l’extension de l’Islam par la guerre sainte, menée contre les régimes musulmans jugés impies et les pays ennemis de l’Islam » : Israël, les Etats-Unis, la France et les démocraties occidentales.

Face à une idéologie religieuse, que faire ?

S’adapter/Anticiper
C’est aussi ce que propose ce manuel, avec, par exemple les trois « kits de survie ordinaires » (à avoir sur soi en permanence, à avoir dans sa voiture et à avoir chez soi), des choses assez simples mais que l’on ne pense pas toujours à réussir au même endroit et facile d’accès en cas d’urgence.
On vous explique aussi comment adapter votre comportement en fonction des seuils d’alertes, comment anticiper les risques, que faire si vous êtes témoins (non impliqué) d’une attaque ou encore si vous en êtes victime. Comment réagir (du moins des notions de bases) face à un terroriste…

En conclusion
Même si comme je l’ai dit plus haut tout ceci peut faire peur (c’est logique puisque c’est l’idée même du terroriste), je pense que ce livre sert à la fois de prise de conscience et de source d’informations. C’est le genre de petit manuel à feuilleter de temps en temps. Mais ne restez pas pour autant cachés sous votre couette (de toute façon même là vous n’êtes pas à l’abri). Restez vigilant et gardez la part de bienveillance nécessaire à l’apaisement général.

∴ Livre reçu en partenariat ∴

Répondre

Votre email ne sera pas publiée. Champs obligatoires *

Comment *