Éditions : Nimrod | Parution : 28/11/2016 | 345 pages | Acheter : ici

∴ Résumé ∴

Chris Kyle est le sniper le plus redoutable de toute l’histoire militaire américaine. Surnommé « Al-Shaitan » (le Diable) par ceux qu’il traquait et « la Légende » par ses frères d’armes des navy SEALs, il est crédité de 255 ennemis tués.

Déployé à quatre reprises en Irak dans le cadre de l’opération Iraqi Freedom, il a été engagé dans les combats urbains les plus terribles du conflits : Fallouja, Ramadi ou encore Sadr City. Progressant au coeur des fournaises insurgées, investissant les maisons en tête des groupes d’assaut, protégeant ses camarades depuis son poste de tir, pris pour cible par les insurgés qui mirent sa tête à prix. Chris Kyle a été de toutes les batailles. Témoin des atrocités de la guerre et de la malveillance d’un ennemi fanatique, il livre un récit brut et dévoile au grand public son quotidien de SEAL, et de sniper, mais aussi les conséquences de celui-ci sur sa vie personnelle.

∴ Mon avis ∴

Voici une thématique que je n’avais pas encore abordée sur le blog, et pourtant elle me tient à cœur : les récits militaires ! J’en ai lu un certain nombre à une époque, mais j’ai rapidement arrêté car ils n’étaient pas toujours « bons » ou plutôt devrais-je dire “fiables”. S’il y a bien un domaine où je n’aime pas me faire “balader”, c’est celui-ci, d’autant plus lorsque l’auteur essaie de se faire passer pour un héros alors qu’il n’a même pas mis une rangers sur le-dit théâtre d’opération.
N’ayant pas forcément les ressources de vérifier le parcours de l’auteur, et voulant tout de même renouer avec le genre, j’ai décidé de miser sur les valeurs sûres : les soldats reconnus. Et l’un des premiers noms qui m’est venu est celui du Navy SEAL Chris Kyle. Non pas que je sois une experte militaire, mais je l’avais vu dans plusieurs émissions/reportages et son nom est régulièrement cité notamment lorsque l’on parle d’unité d’élite.

Avant de poursuivre, une petite précision : au même titre que lors de ma lecture, cette chronique est dénuée de positionnement politique et/ou idéologique.

Dans cette autobiographie, Chris Kyle, natif du Texas, nous raconte son parcours de sa brève carrière de cow-boy à son entrée dans la Navy, les programmes d’entraînements et de sélections pour rejoindre le commando de la Navy : les SEALs. Au fil des pages s’alternent le récit de ses déploiements et des épisodes plus personnels (la rencontre avec Taya, celle qui deviendra sa femme, la naissance de leurs enfants, les difficultés à faire vivre leur couple avec les déploiements et des visions qui diffèrent, le temps des choix…).

L’écriture est brute, directe : aller aux faits, à l’essentiel. Pas le temps de s’appesantir, comme sur le terrain. C’est clairement ce qui m’a séduite dans cette autobiographie. Les choses sont avant tout factuelles. Il n’y a pas de grandes élucubrations romanesques. Et en ce sens, je pense sincèrement que ce genre de livres est nécessaire pour comprendre ce qu’est « être un soldat », comment ils vivent cela, comment les événements impactent leur vie. Depuis son canapé, c’est tellement facile de dire « La guerre c’est mal, ça ne devrait pas exister, cela mène à rien ». Sauf que nous ne vivons malheureusement pas dans un monde de Bisounours, des conflits ont toujours existé et au vu de l’actualité ce n’est pas prêt de s’arrêter. Sans pour autant aller jusqu’à cautionner les guerres, si l’on pouvait au moins essayer de comprendre au lieu de juger…

Être d’accord ou non avec Chris, là n’est pas la question, ce qui à mon sens aide à le comprendre ce sont ses priorités, et surtout leur ordre : “Dieu, le pays, la famille”. Peut-être est-ce le summum du patriotisme voire de la dévotion envers son pays. Toujours est-il que pour le monde “civil”, cela peut paraître étrange, de la folie ou encore suicidaire. On demande souvent aux soldats “Pourquoi faites-vous cela ? Pourquoi risquer d’aller vous faire tuer à l’autre bout du monde pour un pays qui n’est pas le vôtre ?”
Chris répondrait ceci :

Je n’ai jamais vraiment cru que les Irakiens  feraient de leur pays une vraie démocratie, mais je pensais à un moment  qu’il y avait peut-être une possibilité. Je ne pense plus que ce soit le cas. C’est un endroit plutôt corrompu.
Mais je n’ai pas risqué ma vie pour apporter la démocratie en Irak. J’ai risqué ma vie pour mes camarades, pour protéger mes amis et mes concitoyens. Je suis parti en guerre pour mon pays, pas pour l’Irak. Mon pays m’a envoyé là-bas afin que toute cette fange ne vienne pas échouer sur nos rives.
Je ne me suis jamais battu pour les Irakiens. Je n’en avais rien à foutre d’eux.

Après son quatrième déploiement, le Navy SEAL Chris Kyle, finira par raccrocher avec le grade de Premier Maître. S’en suivra une période de doutes et de remises en questions avant qu’il ne se trouve une nouvelle voie. Ou plutôt un continuité à sa carrière de Sniper dans la Navy. Ainsi il créera une société militaire privée qui dispensera des formations pour les tireurs d’élites de l’armée et de la police.
Parallèlement à cela aura à cœur de s’occuper de “l’après” pour les soldats revenants blessés physiquement et/ou psychologiquement ; notamment par le biais de retraites dans des ranchs du Texas.

Ce dont les vétérans blessés n’ont pas besoin, c’est la compassion. Ils ont besoin d’être considérés pour ce qu’ils sont : nos égaux, des héros, et des gens qui peuvent encore apporter beaucoup à notre société.
Si vous voulez les aider commencez par là.

Le 3 février 2013, Chris ainsi que Chad Littlefield, seront abattu par Eddie Ray Routh en voulant lui venir en aide. En effet, la mère de celui-ci avait sollicité Chris afin qu’il accompagne son fils, un jeune Marine de 25 ans souffrant de trouble de stress post-traumatique.

Je profite également de cet article pour vous glisser quelques liens si vous le soutien aux vétérans américains vous parle : Chris Kyle Frog Foundation, Lone Survivor Foundation, Feherty’s Troops First Foundation, America’s Mighty Warriors

Répondre

Votre email ne sera pas publiée. Champs obligatoires *

Comment *






Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.