Chroniques Homérides (T1 : Le Souffle de Midas) – Alison Germain

Chroniques Homérides (T1 : Le Souffle de Midas) – Alison Germain

Éditions : Chat Noir | Parution : 31/10/2017 | 272 pages | Acheter : ici

∴ Résumé ∴

Entre tes mains, filles d’Homère, brûle encore le pouvoir des Dieux.

Le jour où une inconnue rend son dernier souffle dans mes bras, je sais que ma vie paisible d’étudiante ne sera plus jamais la même. Au lendemain du drame dont j’ai été le seul témoin, aucune trace du crime n’a été retrouvée, tant et si bien que tout le monde me pense folle, moi la première. Seul un homme me croît, Angus Fitzgerald, détective à la recherche d’une personne qui ressemble trait pour trait à la femme morte sous mes yeux.

Alors que ce mystère reste sans réponse, les objets que je touche se transforment en or. Et quand le bel Angus me narre le mythe antique de Midas, ce roi grec qui changeait tout en or, je comprends qu’il en sait bien plus sur ce qui m’arrive. Et aussi sur les dangers qui me menacent. Pour moi, le plus imminent est juste là, dans mes mains. Parce que si pour le détective, je suis bénie des Dieux, je ne vois en ce pouvoir qu’une malédiction…

∴ Mon avis ∴

Avant de commencer cette chronique, je m’étais dit que je n’allais pas (à l’inverse les autres) faire un petit hiatus sur l’auteure, sauf que j’ai eu beaucoup de mal durant ma lecture à y faire abstraction donc… Cette histoire nous est délivrée par Alison Germain, alias Lilibouquine, blogo-booktubeuse qui a une jolie notoriété dans la communauté livresque. Habituellement, ce n’est pas un argument pour moi, sauf que Lili… je l’apprécie beaucoup, même si je n’ai pas toujours les mêmes lectures qu’elle, j’aime son approche et la passion qui l’anime. Du coup lorsqu’elle a annoncé la sortie de son livre, je me suis précipitée pour le commander. Mais, une fois le livre en main, j’ai eu une petite crainte : et si je n’aime pas ? Vais-je être objective ?

Dès les premiers mots, j’avais l’impression de voir Lili me raconter cette histoire, malgré les descriptions, je visualisais Lili à la place de Louise. Foutu esprit parasité ! Du coup même si je me suis rapidement sentie happée par le récit, j’ai préféré reposer le livre et attendre que toute la tension (que je m’étais créée – et imposée toute seule) retombe.
Quelques semaines plus tard, ma sérénité – toute relative – retrouvée, j’ai réouvert « Le Souffle de Midas ». Et j’y ai trouvé une Louise à la fois dépassée par les évènements qui tombent dessus (tu m’étonnes !) et combative (quel caractère !), un Angus aussi prévenant que mystérieusement étrange et une intrigue en deux temps.
La première partie, introductive, où l’on sent un léger flottement. Cela m’a fait pensé aux filages que l’on peut faire dans le monde du spectacle : on déroule ce qui est prévu mais avec un petit doute ambiant, une petite appréhension…
Et puis, la seconde partie, où l’histoire décolle et vous emporte avec elle. Sans vous spoiler, cela correspond à l’épisode du parking du Sainsburry.
La « longueur » de ces deux parties est quasiment égale en terme de pages mais dans le fil de la lecture, la première partie m’a semblé un peu « longuette » (mais j’ai zéro patience aussi) et par conséquent, j’ai eu l’impression de « courir » dans la suite de ma lecture avec une immense frustration en mode « la suite au prochain épisode ».

Qu’en ai-je vraiment pensé ? J’ai trouvé l’écriture d’Alison à la fois fluide et assez solide (ce qui n’est pas de légion dans l’urban fantasy), je regrette un peu cette impression de « deux temps », mais il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’un premier tome. Cependant, l’idée de baser toute la structure de l’histoire sur la mythologie grecque est à la fois originale et maîtrisée. On ressent qu’il y a un gros travail de recherches derrière mais en même temps l’insertion de cet univers dans « notre monde » est subtile et tout à fait crédible.

Même si ce livre a des petits défauts, il y a vrai beau travail – au passage sublime objet-livre (même si quelques petites coquilles s’y sont glissées) – qui m’a à la fois transportée et séduite (on parle du fait qu’en refermant le livre, j’étais à la limite de me rouler parterre pour avoir la suite ?). Un beau premier livre pour Alison qui nous laisse présager une saga pleine de charme si elle continue sur cette lancée…

Lili, il faut qu’on parle de Marshall, hein ? Je veux du Marshall !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Une réaction au sujet de « Chroniques Homérides (T1 : Le Souffle de Midas) – Alison Germain »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *