Graal Noir (T1 : Le fils du Diable) – Christian de Montella

Graal Noir (T1 : Le fils du Diable) – Christian de Montella

Éditions : Flammarion | Parution : 01/06/2011 | 388 pages | Acheter : ici

∴ Résumé ∴

Merlin, ou bien tu laisses parler en toi ta nature diabolique et tu feras le malheur de l’humanité ; ou bien tu apprends à la maîtriser grâce à ta nature humaine qui te vient de ta mère et tu réussiras de grandes choses. Soit tu es l’esclave de ta nature et ton destin, soit tu en es le maître.

Remontez aux origines de la quête du Graal, accompagnez Merlin dans son combat du bien contre le mal.

∴ Mon avis ∴

Est-il encore nécessaire de présenter la Légende Arthurienne ? On pourrait penser que tout a été dit et écrit sur le sujet, et pourtant bien des auteurs s’y frottent encore. Pourtant le sujet est on ne peut plus « casse tronche ». Selon les références que l’on a, on pense que c’est un mythe ou une légende, qu’il s’est passé ceci ou cela, à tel ou tel autre endroit… Bref, chacun a sa propre théorie et lorsqu’elle se confronte à une autre c’est assez explosif.

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été fascinée par ce histoire (qu’elle soit réelle ou non – cela m’importe peu en fait), la magie, les preux chevaliers, la droiture d’Arthur, la méchante Morgane, les dragons, l’amour chaste de Lancelot… et Merlin ! A mes yeux, cette légende regroupe tout ce qui rend si fantasmagorique l’univers fantastique.

Des adaptations j’en ai vu et lu bon nombre, au plus loin que je puisse remonter pour ma part j’ai découvert Merlin dans sa version Disney (fan absolue de la scène des petits poissons) et dans l’improbabilité chronologique je suis adepte devant l’Éternel de la version de la BBC. Malgré tout ce que j’ai pu déjà lire et voir, lorsque j’ai vu cette « version », je me suis dit « let’s go ». Alors pourquoi donc ? Je n’en sais rien peut-être l’association du titre Graal Noir et de la couverture mystérieuse… Toujours est-il que la bête était entre mes mains.

Comme je l’avais déjà dis dans de précédents articles, les résumés on oublie d’autant que là globalement on connaît l’histoire à quelques variantes. Dans ce premier tome qui se penche sur l’arrivée de Merlin à Camelot, la « conception » d’Arthur, les « débuts » de Morgane… La trame reste relativement classique mais la tournure des personnages quand à elle est tout autre pour ne par dire déstabilisante. Autant le dire tout de suite si vous vous attendez à un Merlin jeune et naïf, passez votre chemin. Ici, il s’agit d’un jeune assez arrogant pour ne pas dire imbu de lui-même et plus que sexué, sans rire c’est assez troublant non pas que je me l’imaginais moine mais là le garçon a les hormones en ébullition ! La petite Morgane est carrément flippante, allez savoir pourquoi mais je me la suis représentée comme la petite fille dans le film « L’exorciste », c’est pour dire… Celui qui m’a probablement le moins étonné c’est Uther, quelque soit les versions que je peux lire, je n’arrive jamais à être séduite par cet homme si rustre.

Que dire des impressions laissées par cette lecture ? Pas de grandes nouveautés, mais les interventions du père Blaise sont « salutaires » dans tout ce blabla. Car oui là où l’ont s’ennui un peu (beaucoup ?) c’est que ça parle beaucoup et longtemps, à croire que les protagonistes aiment s’écouter parler. Je pense aussi que de connaître (du moins les grandes lignes) de l’histoire fait que l’on attend les évènements que l’on apprécie et le reste ennui vite.

C’est pas la vision la plus enthousiasmante de la Légende Arthurienne qui soit mais au moins on y retrouve une certaine rigueur.

Par contre, j’ai un souci avec la classification de ce livre en « jeunesse », même pas en rêve je mets ce récit dans les mains d’un enfant ou même pré-ado. Il y a un aspect violent, sexuel et même ambigu (un délire d’oedipe très malsain).

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *