Le complot de Ferney-Voltaire – P. Makyo, F. Richaud et D. Pagot

Le complot de Ferney-Voltaire – P. Makyo, F. Richaud et D. Pagot

Éditions : Glenat/Patrimoine | Parution : 18/07/2012 | 46 pages | Acheter : ici

∴ Résumé ∴

Lorsqu’il fait paraître son Candide sous un nom d’emprunt et sans autorisation royale, en 1760, Voltaire, qui vient de s’installer à Ferney, un petit village proche de la frontière suisse, n’a qu’une idée en tête : faire rire et réfléchir ses contemporains. Au diable l’Académie et les pensums poussiéreux ! Comme il l’écrit lui-même : « On ne peut gagner l’opinion avec de gros livres chers et savants. » Mais cette attitude révolutionnaire n’est pas du goût de tout le monde. Le chevalier de Rohan, fervent défenseur des valeurs traditionnelles et dont le père a eu autrefois maille à partir avec l’écrivain, va tout mettre en œuvre pour démasquer Voltaire et faire interdire ce roman qu’il juge subversif.

∴ Mon avis ∴

Cet article signe un retour à mes premières amours. Bien sûr, j’adore les livres depuis des années, mais ce qui me fascinait initialement c’était les Bandes Dessinées. Toute petite, je pouvais lire et relire la même BD des jours, voir des mois durant. Mais allez savoir pourquoi ça s’est passé ?…

Quelque soit le support vers lequel je me tourne, instinctivement c’est vers la thématique historique que je me dirige, ainsi mon retour à la BD n’a pas échappé à cette « règle ». D’autant plus lorsque j’ai vu que cet album était co-édité avec les Éditions du Patrimoine. Dans ma petite tête cela signifiait un gage de qualité et de crédibilité.

En matière de BD, je ne lis que très très rarement le synopsis, l’histoire étant déjà courte autant garder tout le mystère possible. Ainsi, je me suis fiée au titre et aux dessins. Et je dois avouer que le coup de crayon assez abrupte qui donne aux visages des traits taillés à la serpe m’ont beaucoup plus. Les couleurs aussi, visuellement c’était très agréable.

Capture d’écran 2014-08-30 à 11.13.41

Maintenant, l’histoire, moui pourquoi pas. En réalité, je me m’attendais pas à cela. Je ne peux pas dire que je n’ai pas aimé mais plutôt que j’ai été assez perplexe. N’ayant jamais lu « Candide » (enfin si probablement des extraits au Lycée), j’étais un peu perdue. Finalement le lecteur n’a pas tant d’explications que cela. C’est un peu comme si vous lisiez cette histoire dans le journal tout en connaissant déjà le contexte et le contenu de ce qui va suivre. Trop rapide et pas assez détaillé à mon goût.

Cependant je pense prochainement lire « Candide » (et après coup peut-être relire cette BD), mais surtout je vais me pencher sur les autres publications nées de cette collaboration Glenat/Ed. Patrimoine.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *