* Ma fille, qui es-tu ? – Margaret Leroy

* Ma fille, qui es-tu ? – Margaret Leroy

Éditions : Le Livre de Poche | Parution : 16/11/2011 | 432 pages | Acheter : ici

∴ Résumé ∴

À Londres, Grace élève seule sa fille de quatre ans, Sylvie. Depuis peu, le comportement de l’enfant l’inquiète: violentes crises de colères, phobie de l’eau et cauchemars terrifiants se succèdent. Quand Sylvie tombe sur une photo de Coldharbour, un petit port irlandais, elle affirme à sa mère y avoir déjà vécu. Et elle veut rentrer chez elle. Délire d’une enfant perturbée ou souvenirs d’une vie antérieure ? Grace, déboussolée, se tourne alors vers Adam, un jeune professeur de psychologie. Tous trois embarquent pour un singulier voyage à Coldharbour, pour une enquête dans le temps, angoissante et brutale. Et si les ombres du passé rôdaient encore, menaçant Sylvie ?

∴ Mon avis ∴

L’histoire comme une chronique des plus banales, celle d’une mère célibataire qui tente d’élever du mieux qu’elle peut sa fille de quatre ans dans l’un des quartiers londoniens les moins en vue.

Clairement peu joyeux, ni même entrainant…
Cependant, très rapidement, au fil d’une routine quelque peu morne, des évènements ou plutôt éléments troublants apparaissent. Le comportement de la petite Sylvie est des plus étranges : une phobie aussi excessive qu’inexpliquée, des phrases mystérieuses, un refus d’appeler « Maman » celle qui lui a donné le jour…

Grace est aussi seule que désemparée face au mal-être de sa fille. Peu à peu, ne trouvant ni aide, ni réponse dans le « pragmatique », elle s’ouvre à des horizons plus spirituels, avec une certaine réticence à la possibilité que son enfant soit « connectée » à l’irrationnel.

Margaret Leroy mène son récit avec subtilité et pudeur. Elle amène habillement le lecteur à accepter la possibilité d’explications autres que conventionnelles, la possibilité du souvenir de vies antérieures. Tout cela sans tomber dans les clichés de la science fiction.

Les informations filtrent quasi inopinément, d’une page à l’autre l’avidité se fait sentir et l’addiction s’installe.

L’irrationnel devient plausible voir convaincant. Un joli plaidoyer sur l’alternative des situations.

Même si la déception viendra des deux ou trois derniers chapitres où l’on se trouve dans une enquête policière (surtout pas un thriller – comme la collection dans laquelle ce livre est édité) mal maîtrisée ou traitée avec une fin qui paraît si bâclée…

∴ Livre reçu en partenariat ∴

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *