La rose de Mayfair – Hope Tarr

La rose de Mayfair – Hope Tarr

Éditions : J’ai Lu | Parution : 20/04/2011 | 346 pages | Acheter : ici

∴ Résumé ∴

Silence, les suffragettes ! Pour le député Dandridge, il faut faire taire ces hystériques aux revendications extravagantes. Et pour discréditer le mouvement, le mieux est de s’en prendre à leur porte-parole, Mlle Caledonia Rivers. Afin de ruiner sa réputation, Dandridge s’adresse à Hadrien St Claire, jeune photographe qu’il va grassement payer pour devenir l’intime de cette pétroleuse et réaliser « la photo la plus scandaleuse possible », qui révélera au monde sa nature foncièrement dépravée. Couvert de dettes, Hadrien accepte le contrat, mais il n’avait pas prévu de s’enflammer pour son sujet…

 

∴ Mon avis ∴

s le monde victorien. Ce livre n’échappe pas aux règles biens établies du genre de la romance : deux personnes vont se croiser, au prime abord tout les opposent et pourtant… Dès les premières pages, on sait à quoi s’attendre, reste à savoir si le cheminement du récit sera efficace et si possible original…

L’ère victorienne et ses révolutions, l’un des plus gros combats de l’époque pour la gente féminine : que le droit de vote leur soit accordé. L’histoire se concentre sur Caledonia, la Chef de file du mouvement, une « vieille fille » (pour l’époque entendons-nous bien) et Hadrien, un jeune homme né dans les bas-fonds qui changera de nom et sous couvert d’un mentor augmentera sa condition et réalisera son rêve d’être photographe. Un député farouchement opposé aux droits de vote des femmes (ou quelque autre prise de position du sexe faible), Dandridge, commande à Hadrien la photo la plus compromettante possible de Caledonia. Sans grande surprise, les deux jeunes gens tombent passionnément amoureux. Ce qui compliquera fortement la mission de Hadrien…

Un schéma relativement classique, les premières pages étaient prometteuses. Ou disons plutôt, qu’elles laissaient présager un univers bien ancré. Et là, ce fut la plus grosse déception. Finalement, du combat de Caledonia, mis à part nous dire qu’elle organise des « meetings » ou autres prises de paroles publiques et aura un semblant d’action « héroïque » (du moins elle essaiera) envers un groupe de femmes grévistes… Et bien, l’histoire aurait pu se passer dans un tout autre contexte car celui des suffragettes et survolé pour ne pas dire négligé au fil des pages. Finalement, je pense que c’est le personnage de Caledonia qui ne m’a pas convaincue. Et elle cédera bien trop facilement et reviendra beaucoup trop vite sur ses « principes », avec un tel passé comment tout balayer en quelques instants ?

Là où, réside le plus grand intérêt de ce livre, c’est avec le personnage de Hadrien. C’est probablement le plus abouti psychologiquement. Pour ne pas dire, le seul réellement construit et avec un vrai relief. Alors effectivement, on est dans le cliché avec le garçon des bas-fonds qui avec l’aide d’un bienfaiteur et d’un beau mensonge arrive à se créer une condition. Mais il est touchant, parce que plus crédible et plus humain.

Globalement, mon avis est assez favorable car la romance est agréable à suivre, des moments « olé-olé » sympathiques. Après tout c’est ce que l’on demande à une romance. Maintenant j’aurai aimé un meilleur équilibre dans la construction des personnages ou une histoire plus axé encore sur Hadrien…

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 réactions au sujet de « La rose de Mayfair – Hope Tarr »

  1. Oh ben dis donc le synopsis me plaisait énormément mais le fait que le côté « suffragette », comme tu l’expliques, soit survolé me refroidit un peu ! Je note quand même le titre.

    1. C’est une bonne romance, maintenant je pense qu’il faut vraiment la prendre comme telle et ne pas s’attendre à de l’historique pur… C’est divertissant, mais n’augmentera pas ta culture au sujet des suffragettes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *