Éditions : 10/18 | Parution : 04/2002 | 384 pages | Acheter : ici

∴ Résumé ∴

« Suffragette avant l’heure, l’indomptable Charlotte Ellison contrarie les manières et les codes victoriens et refuse de se laisser prendre aux badinages des jeunes filles de bonne famille et au rituel du tea o’clock. Revendiquant son droit à la curiosité, elle parcourt avec intérêt les colonnes interdites des journaux dans lesquels s’étalent les faits divers les plus sordides. Aussi bien le Londres des années 1880 n’a-t-il rien à envier à notre fin de siècle : le danger est partout au coin de la rue et les femmes en sont souvent la proie. Dans cette nouvelle série « victorienne », la téméraire Charlotte n’hésite pas à se lancer dans les enquêtes les plus périlleuses pour venir au secours du très séduisant inspecteur Thomas Pitt de Scotland Yard. Charmante Sherlock Holmes en jupons, Charlotte a déjà séduit l’Angleterre et les États-Unis. La voici partie à l’assaut de l’hexagone. »

∴ Mon avis ∴

Quand les Quatre filles du Docteur March rencontrent Sherlock Holmes, c’est l’impression que donne ce livre.

Une enquête policière au cœur de l’époque victorienne, au sein même de la Haute Société, des meurtres en série ont lieu dans une seule et unique rue. De simples servantes sont visées mais également des jeunes femmes de bonne famille. Rien ne semble les lier si ce n’est de résider dans Cater Street. Au fil des pages chacun soupçonne l’autre tout en espérant que le coupable n’est qu’un fou des bas-fonds.

Soyons honnêtes, la quatrième de couverture est quelque peu trompeuse, Charlotte Ellison ne mène pas l’enquête à la façon d’un Sherlock Holmes. C’est tout simplement une jeune femme curieuse et un peu perdue dans cette affaire qui par ses questionnements aidera – malgré elle – l’inspecteur Thomas Pitt. Si l’on devait garder ce parallèle, Charlotte serait alors le Docteur Watson de M. Pitt, et encore…

Il n’empêche que cette histoire est des plus agréable à lire, que la plume d’Anne Perry est des plus savoureuse et subtile. D’un bout à l’autre, on tente de trouver qui est l’assassin, les chemins sont trompeurs et le dénouement est des plus inattendu.

« L’étrangleur de Cater Street » est le premier volet d’une série de 27 enquêtes menées par le duo Charlotte et Thomas Pitt.

2 Commentaires on L’étrangleur de Cater Street – Anne Perry

  1. pom'
    9 juin 2012 at 6 h 49 min (6 années ago)

    c’est un auteur que j’apprécie, un bon moment de détente

    Répondre
  2. Stelda
    13 juin 2012 at 10 h 06 min (6 années ago)

    J’aime énormément cette série et celle de Monk. L’enquète est un prétexte à se plonger dans l’ambiance victorienne qui est très bien rendue.
    En revanche, j’ai été déçuue par le dernier tome : l’écriture m’a semblée plus bâclée que dans les premiers tomes. La faute peut-être à la traduction ?

    Répondre

Répondre

Votre email ne sera pas publiée. Champs obligatoires *

Comment *






Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.